1 Place des voiles

8 places jalonnent la Ballade. Celle des voiles fait la part belle aux bateaux de l’école de voile. Elle termine la diagonale verte par une arrivée sur la nouvelle Plage du Couchant.

2 Place du Miramar

Point stratégique commercial, cette Place est le prolongement du cœur de ville faisant face au Bassin nouveau Tabarly.

3 Place des marchés

Cette Place peut accueillir de grands évènements nautiques, tel que le Salon International du Multicoque, les repositionnant au cœur de la ville et rapprochant ainsi les visiteurs du Centre-Ville.

4 Place des mobilités

En entrée de ville, au carrefour des quais Pompidou et Tabarly, elle sera le lieu de toutes les mobilités avec location de vélos, bornes de recharges électriques... Elle offre un espace public rénové favorisant l’animation commerciale, sportive, évènementielle... Un véritable lieu de convivialité où pourront se retrouver les Grand-Mottois.

5 Les 2 places de l’eau

Ces deux places longeant le Quai Pompidou retrouveront leur convivialité et leur attractivité, donnant envie aux promeneurs de faire une halte au cœur des Pyramides, avant de rejoindre les quais ou la plage.

6 Place de l’Hôtel

8 places jalonnent la Ballade. Celle des voiles fait la part belle aux bateaux de l’école de voile. Elle termine la diagonale verte par une arrivée sur la nouvelle Plage du Couchant.

7 Place des champions

Au bout du Quai d’Honneur, avant de rejoindre la Capitainerie, cette place est une mise en scène complète des fleurons maritimes locaux et nationaux, incarnant la forte identité maritime et nautique de La Grande Motte.

8 Plage nouvelle du Couchant

Pendant de la plage du centre-ville, cette étendue de sable s’affirme comme un véritable lieu de détente et de loisirs, facilement accessible et à proximité du Pôle Nautique.

9 Plage nouvelle du Levant

Lieu de loisirs pour certains, détente pour d’autres, la plage est un véritable lieu de rencontre de toutes les générations. Elle agrandit la plage existante grâce à une heureuse équation entre déblais et remblais.

10 Esplanade Jardin Justin

Interface triple, Ville- Port-Plage, elle offre à la fois un confort diurne, grâce à son jardin ombragé, et des usages nocturnes pour d’éventuels événements. L’Esplanade se transforme en un lieu d’usage paysagé tirant ainsi parti de ses potentiels : sa multi-orientation, ses dimensions hors norme…

11 Zone technique

La zone technique projetée sur la Presqu’île Baumel est une offre moderne de locaux industriels dont l’architecture apporte une identité forte au lieu. Le Carré Nautique favorise l’accueil des entreprises dans une « halle nautique » de forme rectangulaire en prise directe avec l’aire de carénage. Conçue comme un ensemble fonctionnel et performant pour les professionnels, la zone comprend également l’aire de carénage, les structures de mise à l’eau et d’avitaillement. Le stationnement est prévu pour les professionnels et plaisanciers.

12 Pôle nautique

La réorganisation du Pôle nautique, à l’entrée du Carré Nautique sur la Presqu’île Baumel, permet non seulement d’accueillir l’école de voile et le Centre d’Entrainement Méditerranée mais propose également des vues uniques sur le nouveau Port grâce à son « rooftop ».

13 Résidence Côté Mer

N’appartenant pas à la commune, cette résidence n’est pas concernée par le Projet. Elle restera donc en l’état.

14 Bassin Nouveau Tabarly

Continuité urbaine, continuité portuaire, ce nouveau bassin est un prolongement naturel du port existant, en interface avec le quai. Répondant aux besoins locaux, il est conçu pour les unités de 8 à 11 m. La ballade qui le longe prolonge l’espace public du Quai Tabarly jusqu’à la plage. Côté front bâti, les dispositions du quai haut sont réemployés pour offrir aux futurs habitants et commerces, cette même qualité urbaine et architecturale qui fait le lien entre la ville et les espaces de vie.

15 Bassin nouveau Océan

En interface avec l’avant-port, au droit de la nouvelle digue, il est conçu pour accueillir les monocoques et catamarans de 14 à 24 m. Sa situation, au sud, facilite les interventions sur ces grandes unités, depuis la zone technique, ainsi que l’accès à la passe d’entrée.

16 Logements

À ce stade, la forme et le gabarit des bâtiments ne sont pas définis. Cependant, pour s’inscrire dans le dessin historique et si atypique de La Grande Motte, les logements doivent former un dôme reprenant les lignes de forces du paysage bâti que l’on peut contempler depuis la mer, le port, les balcons ou encore la future Ballade. Le point haut ne dépasse pas de la Grande Pyramide ; il est éloigné de celle-ci afin de ne pas dégrader la vue exceptionnelle dont elle bénéficie sur le port et la mer. La Grande Colline s’érige comme un témoin que l’histoire de La Grande Motte n’est pas terminée.

17 Entreprises nautiques

Le projet permet une souplesse dans le phasage en prévoyant des lots pour certaines entreprises nautiques de plus petites tailles qui ne seraient pas déplacées sur la Presqu’île Baumel, du côté de la zone artisanale.

18 Commerces

Renforçant la dynamique et l’identité de polarité du quartier, les commerces sont au devant de la scène, directement connectés à l’espace public sur l’Avenue Robert Fages. Les sociétés de petite taille ainsi que les locaux commerciaux occupent les pieds d’immeubles le long du quai neuf. Les lieux de restauration dialoguent avec les commerces de proximité et les concessions nautiques, tout en faisant face au port agrandi.

19 Lidl

Dans le principe du projet, le supermarché est intégré au projet urbain d’ensemble, en rez-de-chaussée de bâtiment.

20 Diagonale de la mer

Laisser le soleil briller sur les plantations en cœur d’îlots, la brise faire frissonner les feuilles de la végétation en pleine terre, c’est ce qu’offre la diagonale de la mer. Elle diffusera de la fraîcheur en maîtrisant les vents, ventilant les logements qui l’entourent et facilitant l’accès aux constructions. L’ensemble de la Grande Colline crée alors un mouvement conjoint vers la plage et le port.

De la plage à la plage, une ballade* pour ré-enchanter La Grande Motte

Entre héritage balladurien et repositionnement stratégique au sein de l’arc méditerranéen, le lien ville-nature est au cœur du projet avec : un nouveau bassin au pied des logements ; la Presqu’île Baumel, vitrine de l’innovation et du nautisme ; la Grande Colline, pièce manquante dans la ligne de ville ; une « ballade » fertile de plage à plage.

*le mot ballade s’écrit avec deux ‘L’ quand il désigne un poème, un morceau de musique, ou… l’acte 2 de La Grande Motte ! C’est un hommage à Jean Balladur.

Extension du port

La presqu’île Baumel

Un nouvel outil pour l’économie du port et du nautisme

L’eau au cœur de la ville

L’extension du port a été imaginée en rapprochant l’eau et la ville. La création de deux nouveaux bassins en interface ville / zone technique & zone technique / avant-port permet de répondre aux enjeux fonctionnels des entreprises tout en leur apportant la plus-value d’une insertion urbaine forte au sein d’un écosystème dédié au nautisme. Cette configuration en deux bassins portuaires, permet également de mieux répondre aux demandes de publics différents, comme le sont les plaisanciers et les professionnels du nautisme.

Le Bassin Nouveau Tabarly, au Nord, est créé au pied des logements, leur assurant ainsi une vue directe et privilégiée sur les bateaux et non pas sur des constructions. Continuité urbaine, continuité portuaire, le bassin Nord est un prolongement naturel du port existant.

BASSIN NORD : 2,6 ha pour 430 unités de plaisance de 8 à 11 m
BASSIN SUD : 4,6 ha pour 200 unités monocoques et catamarans de 14 à 24 m

Une répartition des sociétés nautiques

Le long de la rue des voiliers seront implantées les sociétés de vente de bateaux et, sur la presqu’île, celles dont l’interface directe avec l’eau et l’aire de carénage est essentielle. Les sociétés de petite taille ainsi que les locaux commerciaux occuperont les pieds d’immeubles de la Grande Colline, le long de l’Avenue Robert Fages.

Le Carré Nautique, souplesse et fonctionnalité

L’accueil des entreprises s’inscrit dans une « halle nautique de forme rectangulaire » où bandes bâties et cours techniques s’alternent en interface directe avec l’aire de carénage. La halle d’activité et sa zone technique sont la nouvelle vitrine du nautisme. Elles forment le Carré Nautique qui articule les deux nouveaux bassins dédiés aux plaisanciers et aux professionnels. Un stationnement leur sera dédié.

Le programme de la zone technique étant encore amené à évoluer dans les mois ou années à venir, le projet prévoit plusieurs combinaisons possibles. La forme compacte du Carré Nautique permet d’optimiser les aires extérieures et les circulations des entreprises vers l’aire de carénage.

Une zone technique performante et fonctionnelle

La nouvelle zone technique est conçue comme un ensemble fonctionnel et performant pour les professionnels du nautisme.

Elle s’appuie sur la transformation de l’Esplanade Jean Baumel en aire de carénage, permettant ainsi de réemployer les infrastructures de mise à l’eau et d’avitaillement. Elles sont complétées par la construction de deux darses pour la manutention par élévateur à sangle des monocoques et des catamarans. La mise en œuvre de l’aire de carénage est ainsi immédiate.

Cette nouvelle aire de carénage assure un service de porte à porte efficace : les voies de circulation des outils sont directement connectées aux cours techniques du chantier naval et des entreprises du nautisme.

Réaménagement de l’espace public

La Ballade de plage en plage

Un ruban continu d’1,5 km pour de nouveaux usages

Un sol libéré et continu

Aujourd’hui peu visibles, demain les espaces publics seront réalisés en fonction des vues dégagées sur le Port, permettant de nouveaux usages comme des agrès pour tous les âges, l’installation d’événements éphémères et, tout simplement, un espace de balade et de rencontre confortable à toute heure de la journée. Les aménagements des espaces publics permettront de réaffirmer les liens ville-port et donneront la part belle à la mobilité douce, aux plantations, à la vue sur l’eau… Elargis à 20 mètres, les quais du port offrent plus de confort aux piétons, une nouvelle proximité avec les bateaux et l’eau, tout en rationnalisant la place de la voiture. L’espace dégagé s’ouvre sur l’horizon et la mer retrouvée.

8 places jalonnant la ballade

Depuis la Place des Voiles jusqu’à l’Esplanade Justin, la « Ballade de plage à plage » s’étend sur un parcours de 1,5 km, ponctuée de huit places imaginées en prolongement du cœur de ville vers le port. La requalification du Quai Tabarly et du Quai Pompidou est l’occasion de repenser ces espaces publics pour plus de confort des piétons, notamment en fertilisant les quais, plus d’usages et plus de visibilité sur le port. Supports d’usages quotidiens, hebdomadaires ou exceptionnels, chacune des 8 places est un repère sur le parcours, une opportunité de halte. Elles pourront également accueillir des événements, animations, expositions tout au long de l’année.

Une végétation généreuse

Le renforcement du lien avec la nature et l’adaptation au changement climatique impliquent une plus grande présence végétale sur les quais, dans le prolongement de l’extraordinaire pinède située du côté des étangs naturels. La Ballade, comme requalification du port, s’accompagnera d’une reconquête végétale des grands espaces publics.

2 nouvelles plages

Lieu de loisirs pour certains, détente pour d’autres, la plage est un véritable lieu de rencontre de toutes les générations et toutes les catégories sociales. C’est la grande plage publique de la ville avec une ouverture sur l’horizon. Une heureuse équation entre déblais et remblais permettra sans effort la création de deux extensions des plages existantes du Couchant et du Levant.

Habitats & commerces

LA COLLINE

Chaînon manquant entre les quartiers du Levant et du Couchant

Un dôme intégré à la ligne de ville

À ce stade, la forme et le détail des logements ne sont pas définis. Cependant, pour s’inscrire dans le dessin historique et si atypique de La Grande Motte, l’architecte a dessiné un dôme reprenant les lignes de forces du paysage bâti que l’on peut contempler depuis la mer, le port, les balcons ou encore la future Ballade. Le point haut ne doit pas dépasser la Grande Pyramide ; il est éloigné de celle-ci afin de ne pas dégrader la vue exceptionnelle dont elle bénéficie sur le port et la mer. Clin d’œil aux inspirations balladuriennes, La Grande Colline est un nouveau repère dans la ligne ville et s’érige comme un témoin que l’histoire de La Grande Motte n’est pas terminée.

Un espace dynamique mixte

Nul ne sait si demain, le projet se fera en une phase ou plusieurs. Le projet propose donc un principe réversible permettant une souplesse dans le phasage sans déstabiliser la logique d’ensemble et concernant l’identité de polarité du quartier, interface entre la zone artisanale, le port et la ville. L’implantation des logements, commerces, entreprises nautiques et parkings, est inscrit en partie sur le parcellaire existant, facilitant la mise en œuvre des lots.
L’un des deux nouveaux bassins, le Bassin Nouveau Tabarly, est créé au pied des logements, leur assurant ainsi une vue directe et privilégiée sur les bateaux et non pas sur des constructions.
Cette polarité renforcée serait le meilleur allié de la Grande Colline, connectant les espaces publics dans un mouvement conjoint vers la plage et le port.

Fédérer les actuels et nouveaux habitants et commerçants

L’enjeu est d’accueillir de nouveaux habitants pour rendre permanente la cité balnéaire. Les nouveaux logements et commerces seront reliés à ceux du centre-ville ainsi qu’à la plage. Le nouveau quartier deviendra ainsi le trait d’union entre les quartiers du Levant et du Couchant.

Un îlot façonné par les vents

Une grande « Diagonale de la mer » traverse l’îlot ouvert depuis la grande pinède jusqu’au front de mer. Le régime de vents dominants marqué en toutes saisons, et notamment l’été, pousse à dessiner un îlot imperméable aux vents d’Ouest, source d’inconfort, mais perméable aux vents du Nord, plus doux, et pouvant rafraîchir l’ensemble des espaces publics. La brise s’engouffre dans la voie principale ainsi que dans les venelles de desserte les îlots.

Le budget

Coût total du projet : 65 millions d’euros

  • 29 millions pour l’extension du Port
  • 16 millions pour la nouvelle zone technique
  • 16 millions pour l’opération urbaine
  • 4 millions pour le pôle nautique

Dépenses

Coût total du projet : 65 millions d’euros

  • 16 millions de subventions
  • 11,5 millions d’excédents des recettes d’exploitation du nouveau port sur 25 ans
  • 11,5 millions de produits d’exploitation de la nouvelle Zone Technique sur 25 ans
  • 21 millions de cession de charges foncières sur l’ancienne Zone Technique sur 7 ans
  • 5 millions d’autofinancement de la ville

Recettes

Les partenaires financiers

L’État
La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée
Le Département de l’Hérault
L’Agglomération du Pays de l’Or
La ville de La Grande Motte

Le calendrier

  1. 2014-2015Études préalables
  2. 20161ère phase de concertation citoyenne et institutionnelle & adaptation du projet
    Inscription du projet au Plan Littoral 21
  3. 2017Définition du montage juridique et financier
    Transfert du domaine public portuaire de l’Etat à la Commune
    Lancement d’un concours de maîtrise d’œuvre
  4. 2018Mai : Choix d’une équipe de MOE : Agence Leclercq Associés
    Mise en place des instances de gouvernance
    Juillet : Dévoilement du Projet & exposition des 1ers dessins
    Septembre à décembre : 2ème phase de concertations
  5. 2019Adaptation du projet
    Études de conception
  6. 2020Révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU)
    Appel d’offres travaux
  7. 2022-2025Creusement du bassin
    Travaux d’extension du Port
    Reconstruction de la nouvelle Zone Technique

Vos questions

Combien de places de stationnement sont prévues au projet ?

Contrairement aux idées reçues, La Grande Motte est bien pourvue en stationnement avec 1 place pour 16 personnes en très haute saison – 6000 places pour 100 000 personnes – contre 1 pour 25 au Cap d’Agde par exemple – 12 000 places pour 300 000 personnes.

Aujourd’hui les secteurs Nord et Ouest du Port : Esplanade Jean Baumel, le Miramar, l’Avenue Robert Fages, les Quais Eric Tabarly et Georges Pompidou, disposent de 1060 places dont 705 places publiques et 355 places plaisanciers. Demain, avec le Projet Ville-Port, 500 places supplémentaires seraient nécessaires dont 135 pour les 400 nouveaux anneaux, soit 1 place pour 3 anneaux, et 360 pour la nouvelle Zone Technique.

Quelles seront les hauteurs réglementaires de construction ?

  • Sur la Zone Technique, les constructions ne devront pas dépasser 7 mètres de haut, soit 40 cm de plus que ceux existant au Miramar, et 11 mètres pour les ateliers Outremer qui seront les plus éloignés sur la Zone Technique, donc avec un impact moindre.
  • Pour les logements, ils ne pourront dépasser la hauteur de La Grande Pyramide et devront créer du lien avec les constructions du Couchant. Ainsi, il est prévu des R + 3 à 6 sur l’extérieur, des R + 7 à 10 à l’intérieur et des R + 11 à 13 très ponctuellement au centre. Pour mémoire, la Grande Pyramide est en R+17 et les premiers immeubles du Couchant en R + 4 à 5.

Quels sont les types de logements prévus ?

Un des objectifs du projet est de conforter La Grande Motte comme ville permanente. Sera ainsi favorisé le logement permanent afin d’accueillir de nouveaux Grand-Mottois, des familles…
Le projet urbain prévoit 50% de grands logements ; 30% de logements locatifs aidés ; 15% des logements en accession abordable.

85% seront des logements collectifs et 15% des « maisons de plage » à l’image du Couchant.

2 000 m2 de commerces de proximité accompagneront ces logements, en complément de l’offre des boutiques du Miramar et de la zone artisanale. Cela reste très modeste pour la taille du projet.

Où pourra-t-on se garer ?

On ne peut indéfiniment multiplier les parkings au  bord de l’eau, au risque de voir notre ville se retrouver totalement couverte de voitures. La fréquentation des promeneurs autour du Port est de plus en plus importante. Certains week-ends ou à certaines saisons, la fréquentation est telle que les Quais Georges Pompidou ou Eric Tabarly semblent trop étroits. Si l’on veut que notre Port ressemble à la « Ballade », nous devons réorganiser le stationnement mais pas à n’importe quel prix ! Cela passe une adaptation de l’offre en fonction de la demande. Les besoins ne sont pas les mêmes le week-end, la semaine, l’hiver et l’été. Plusieurs objectifs ont ainsi été fixés :

  • La satisfaction des besoins de l’ensemble des plaisanciers y compris pour ceux des futurs anneaux, tout en réfléchissant aux solutions de foisonnement. Notons que plusieurs ports ont déjà mis en place une tarification estivale en plus du coût de l’anneau afin d’éviter les voitures ventouses.
  • La création d’une offre de stationnement supplémentaire et gratuite en entrée de ville, et distante de 500 m du Port pour accueillir ceux qui stationnent à la journée et plus : visiteurs, salariés et pourquoi pas les plaisanciers qui partent plusieurs jours.
  • Le stationnement des nouveaux logements devra être prévu exclusivement à l’intérieur de chaque résidence.

Les vues seront-elles préservées ?

Le Projet de l’Agence Leclercq Associés est celui qui préservait le mieux l’angle d’ouverture du Port vers la mer, qui est un axe fort de la trame Balladurienne. La préservation de ces vues, c’est ce qui explique les différences de hauteurs des futurs immeubles avec des hauteurs faibles sur tout le pourtour de l’ilôt mais aussi le choix de créer une presqu’île avec deux bassins, permettant de garder une vue sur les bateaux le long des quais et d’éloigner la zone technique.

N’y a-t-il pas de risque d’inondation ?

Le projet s’inscrira dans le respect du PPRI, Plan de Prévention du risque Inondation, notamment sur le calage des cotes de plancher à 2,4 mètres NGF pour les immeubles, tout comme la nouvelle digue.

Quand démarreront les travaux et quand s’achèveront-ils ?

Le creusement du bassin, les travaux d’extension du Port et la reconstruction de la nouvelle Zone Technique devraient démarrer en 2022. Suivront les aménagements urbains. Le tout devrait durer jusqu’en 2025.

Combien va coûter le projet et comment sera-t-il financé ?

Le coût total du projet est estimé à 66 millions d’euros, dont 29 millions pour l’extension du Port, 16 millions pour la nouvelle zone technique, 16 millions pour l’opération urbaine et 5 millions pour le pôle nautique.

32% seront financés par les recettes issues de l’opération urbaine, 30% par les subventions et le delta par les recettes de la nouvelle Zone Technique et les nouveaux anneaux.

Pourra-t-on donner notre avis sur le Projet ?

La réunion publique de dévoilement du projet, le 2 juillet 2018, a marqué le début d’une nouvelle phase de concertation avec les habitants, acteurs économiques, plaisanciers… Cette concertation se déroulera de septembre à décembre 2018 et permettra de rassembler toutes les contributions utiles et constructives, comme par exemple sur les usages et les services attendus sur le Port, le long de la Ballade, les cheminements cyclables, etc.

Que va devenir le Lidl ?

Dans la perspective du projet, le maintien de Lidl dans ses locaux actuels serait un non-sens. L’objectif sera de l’intégrer à un immeuble, ce qui permettra de libérer de la place au profit des espaces publics.

Que va devenir la résidence Côté Mer ?

Cette résidence ne fait pas partie des emprises transférées à la commune. Elle reste donc dans le domaine public de l’Etat. C’est la raison pour laquelle elle est maintenue à l’identique dans le Projet Ville-Port. En revanche, le projet de l’Agence Leclercq Associés est celui qui a proposé la meilleure intégration, notamment paysagère.

Quellle place est laissée à la nature ?

Conserver le rapport 30% de bâti et 70% d’espaces verts et naturels, si cher à Jean Balladur et à notre bien-être, faisait partie intégrante du cahier des charges du projet. Le projet choisi redonne ses lettres de noblesse à notre 1ère cité verte d’Europe en fertilisant l’espace public. La Ballade, comme requalification du port, s’accompagne d’une reconquête végétale des grands espaces publics. Pour renforcer le lien avec la nature et s’adapter au changement climatique, une grande présence végétale sur les quais et au sein de la Grande Colline est prévue, dans le prolongement de l’extraordinaire pinède située du côté des étangs naturels. Ceci pour que La Grande Motte reste définitivement une ville bioclimatique et durable, et non une ville béton.